Le cheminement secret d’un chef amérindien Mohawk vers l’Orthodoxie

http://saintjeandamascene.blogspot.com

SAINT JEAN DAMASCENE

Le cheminement secret d’un chef amérindien Mohawk vers l’Orthodoxie

Samedi soir. Très peu de lumières étaient allumées. Dans la cathédrale russe de Saints Pierre et Paul, les vêpres venaient de commencer. Les silhouettes sombres de quelques fidèles qui assistaient au service étaient devenues plus distinctes car des cierges avaient été allumés, un à un, sur leurs supports. L’iconostase de l’autel était très imposant, il avait été sculpté par des artisans expérimentés, au début du siècle…
C’était la deuxième fois que je venais aux Vêpres, il y a de cela des années… Les paroles de la prière « Lumière joyeuse » en slavon donnaient une sensation de paix intérieure et de détente. Tout semblait être en prière à ce moment-là, dans ce jour qui était fini et ce jour qui devait venir. Après la folie de la journée, ce refuge de louange calmait effectivement les bêtes sauvages de l’esprit…
Dans la faible pénombre, je pouvais distinguer quelques-uns des profils de ceux qui étaient là: une vieille dame russe avec sa petite-fille, un homme grand et maigre d’âge moyen, une jeune fille de près de quinze ans, une jeune famille avec ses deux enfants… Et soudain, mon attention fut attirée par un personnage près de la grande fenêtre. Directement au-dessous, je distinguai une silhouette qui était complètement différente de toutes les autres. Il s’agissait d’un Indien de cinquante ans, vigoureux, aux traits caractéristiques, avec des cheveux longs attachés en queue de cheval qui atteignaient sa taille. Mon regard s’arrêta sur lui… Quel étrange personnage ! J’imaginai que c’était seulement un visiteur.
À la fin de l’office, je ne pus pas lutter contre l’envie de savoir. Je m’approchai de lui, désireux de le rencontrer.
-Yannis, lui ai-je dit en anglais. Bienvenue…
– Vladimir, répondit-il.
– Je suis grec. Et vous? Lui ai-je demandé.
– Moi aussi, répondit-il.
J’étais abasourdi… C’était la dernière chose que je m’attendais à entendre!
– Parlez-vous grec? Demandai-je.
Il fit une pause pour réfléchir un moment, puis il cita [le prologue de l’Evangile de saint Jean] en grec:
– « Au commencement était le Logos et le Logos était avec Dieu, et le Logos était Dieu. »
En finissant cette phrase, il éclata de rire. Je ne savais quoi dire.
– Je suis indien, dit-il brusquement. Mais de toute façon, je me sens aussi russe et grec et serbe et roumain, parce que… je suis orthodoxe…
Une lueur apparut dans son œil, comme dans mon coeur …
C’est ainsi que Vladimir et moi nous nous sommes rencontrés. Son vrai nom était Frank Natawe, avant de devenir orthodoxe et d’être baptisé sous le nom de Vladimir. Je mourrais d’envie d’entendre l’histoire de sa vie, à la fois par Poursuivre la lecture « Le cheminement secret d’un chef amérindien Mohawk vers l’Orthodoxie »

Publicités

Devenir et rester un Chrétien Orthodoxe – Prêtre Andrew Phillips

http://heavenonearthorthodoxy.wordpress.com

HEAVEN ON EARTH – ORTHODOXY

Devenir et rester un Chrétien Orthodoxe

Prêtre Andrew Phillips

INTRODUCTION

Nous entendons parfois des gens raconter comment ils en sont venus à rejoindre l’Eglise Orthodoxe. Bien que chaque histoire soit intéressante, et parfois même extraordinaire, je pense que les histoires racontant comment des gens sont restés de fidèles Chrétiens Orthodoxes malgré les tentations seront de plus grande utilité. Comme il est écrit dans l’Evangile : « C’est à votre constance que vous devrez votre salut » (Luc 21,19).

De plus, je n’ai pas intitulé cet entretien « Comment entrer dans l’Eglise Orthodoxe » mais « Comment devenir et rester un Chrétien Orthodoxe. »

Car rejoindre l’Eglise Orthodoxe ou devenir un membre de l’Eglise Orthodoxe, cela concerne des changements externes, et ce n’est pas la même chose que « devenir un Chrétien Orthodoxe, » qui concerne des changements intérieurs. Et rester un Chrétien Orthodoxe est encore plus important, c’est pourquoi j’ai consacré 3 fois plus de temps à cette partie-là qu’à comment devenir Chrétien Orthodoxe.

DEVENIR ORTHODOXE – CONVERSION ET INTÉGRATION

Définissons d’abord nos termes en parlant d’un nombre de mots qui sont utilisés dans ce contexte. Tout d’abord, il y a la phrase nulle « Orthodoxe de naissance. » Cela n’existe pas. Personne n’est « né Orthodoxe », nous sommes tous nés païens. C’est pour cela que nous exorcisons d’abord puis baptisons. Plus acceptables sont les termes, « né dans une famille Orthodoxe » et « Orthodoxe depuis le berceau ». Il est intéressant de noter que les gens qui utilisent avec condescendance des termes comme « Orthodoxe de naissance » appellent les enfants des « convertis ».. des « convertis ». En fait, bien sûr, dans leur langage erroné, les enfants de « convertis » sont « Orthodoxes de naissance »!
Ensuite il y a le mot « converti. » Lorsque des gens disent qu’ils sont convertis, je leur demande d’abord : « Convertis à quoi? » Au folklore grec? A l’alimentation russe? Au pharisianisme? A la nostalgie d’un Anglicanisme ou d’un Catholicisme-romain démodés? A un passe-temps intellectuel de syncrétisme?

Il est vrai, en un sens, que nous sommes tous, toujours, des convertis, parce que nous avons tous à constamment nous convertir au Christ. C’est le sens du Psaume 50. Le roi-prophète David aussi fut un converti, un « né de nouveau », après son grand péché. Hélas, le mot « converti » n’est en général pas utilisé dans ce sens spirituel mais dans un sens séculier.

J’espère que quand les gens s’appellent eux-mêmes « convertis », ils veulent dire qu’ils sont convertis au Christianisme (qui est le mot correct pour Orthodoxie). J’espère aussi que quand ils disent qu’ils sont « convertis », cela signifie qu’ils ont été très récemment reçus dans l’Eglise. Hélas, je dois admettre que ce n’est pas toujours le cas. Les années passant, j’ai rencontré des gens qui étaient entrés dans l’Eglise Orthodoxe 10, 20, 30 ans auparavant voire plus, et qui étaient encore des « convertis » et même qui s’appelaient eux-mêmes « convertis ». Et ceci même dans le cas de certains clercs, prématurément ordonnés.

Ca me dépasse, car cela signifie que même après des années comme membres « de nom » de l’Eglise Orthodoxe, ils ne sont pas encore devenus Chrétiens Orthodoxes, ils n’ont pas encore intégré l’Eglise, ils n’ont pas encore grandit naturellement dans l’Orthodoxie, et il ne mènent toujours pas un genre de vie Orthodoxe, ils n’ont pas encore acquis cet instinct d’Orthodoxie, qui signifie que l’Orthodoxie est leur unique demeure spirituelle, qu’elle est leur os et leur sang, qu’ils respirent l’Orthodoxie parce que leurs âmes sont Orthodoxes. Ils souffrent de l’affliction spirituelle de la « convertitis ». Ils sont restés
néophytes. Ils n’ont accompli que ce que le diable voulaient qu’ils accomplissent – être incomplets. C’est pourquoi les Russes, faisant un jeu de mot sur le mot russe « konvert », qui signifie une enveloppe, disent plutôt vrai en Poursuivre la lecture « Devenir et rester un Chrétien Orthodoxe – Prêtre Andrew Phillips »

Le Prêtre et la touriste Américaine en Grèce – Hiérimoine Tryphon, Washington, É.-U.A.

http://washingtonofmyheart.wordpress.com

WASHINGTON OF MY HEART

USA FFD

Le Prêtre et la touriste Américaine en Grèce

╰⊰¸¸.•¨*

Hiérimoine Tryphon, Washington, É.-U.A.

Source:

http://www.orthodoxie-reunion.com

Le prêtre et la touriste américaine

ORTHODOXIE À LA RÉUNION

Une femme protestante de Tacoma (état de Washington), était en vacances avec son mari dans la ville grecque d’Athènes. Chaque jour, elle se rendait dans un petit café près de l’hôtel pour prendre son café et regardait les habitants passer. L’un de ces habitants était un prêtre orthodoxe qui passait près du café en allant à son église paroissiale. La femme souriait et le prêtre hochait la tête, souriait et continuait son chemin.

Un jour, ce prêtre grec, qui parlait anglais, remarqua que la femme américaine avait un regard triste sur son visage et il s’approcha de sa table et demanda si quelque chose la troublait. Elle éclata en sanglots et raconta au prêtre les problèmes médicaux de son mari, et qu’elle craignait pour le pire. Le prêtre s’est assis avec elle et a prié pour elle et son mari. Chaque jour, il s’arrêtait pour s’asseoir à sa table, priant pour le rétablissement de son mari.

Quelques semaines se sont passées et le mari a récupéré de sa maladie et est revenu aux États-Unis avec sa femme. Le souvenir de la compassion de ce prêtre pour une femme étrangère est resté dans sa mémoire toutes ces nombreuses années. Elle a partagé ce souvenir avec son médecin, qui est un de mes amis, et je partage (N.d.T c’est-à-dire l’hieromoine Tryphon) ce souvenir avec vous.

Quel véritable disciple et serviteur du Seigneur était ce prêtre généreux ! Puissions-nous, comme ce prêtre, être à l’écoute de ceux qui en ont besoin et que le Seigneur nous met sur nos chemins . Puissions-nous avec des cœurs ouverts toucher et apporter la guérison à ceux qui souffrent, leur faire savoir que nous nous soucions pour eux et qu’ils ont un ami pendant leur temps de chagrin, de besoin et de désespoir.

Avec l’amour en Christ,

Hiérimoine Tryphon.

https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/ (post du 27 juin 2017 )

 

Pour grandir dans la foi: Le conte des trois arbres

http://heavenonearthorthodoxy.wordpress.com

HEAVEN ON EARTH – ORTHODOXY

Pour grandir dans la foi: Le conte des trois arbres

Même si nos plans ne semblent pas toujours coïncider avec ceux de Dieu, Lui sait ce qui est le meilleur pour chacun de nous et le résultat final dépasse nos espoirs les plus fous…

Il était une fois, tout en haut de la montagne, trois petits arbres qui rêvaient de ce qu’ils deviendraient quand ils seraient grands…

Le premier, regardant les étoiles, déclara :

—Quand je serai grand, je veux être le plus beau coffre du monde, rempli de trésors. Pour cela, je suis même prêt à être coupé.

Le deuxième arbre regarda le ruisseau et soupira :

—Moi, je veux être un grand navire et transporter des rois et des reines.

Le troisième petit arbre regarda la vallée et dit :

—Je veux rester ici en haut de cette montagne et grandir si haut que lorsque les gens me regarderont, ils lèveront les yeux et penseront à Dieu.

Les années passèrent et les petits arbres devinrent grands. Un jour, arrivèrent trois bûcherons qui coupèrent les trois arbres, tous impatients d’être transformés en ce dont ils rêvaient. Mais les bûcherons n’ont pas l’habitude d’entendre et de comprendre les rêves… Dommage !

Le premier arbre fut transformé en une mangeoire pour animaux, recouverte de foin.

Le deuxième devint un simple petit bateau de pêche et, tous les jours, il transportait des personnes et des poissons.

Et le troisième arbre, celui-là même qui rêvait de rester tout en haut de la montagne, fut coupé en grosses poutres, empilées dans un entrepôt.

Et tous trois se demandaient, désabusés et tristes :

—Pourquoi ça ?

Mais, une certaine nuit, pleine de lumières et d’étoiles, où l’air bruissait de mille musiques, une jeune mère plaça son Nouveau-Né dans cette mangeoire. Et soudain, le premier arbre sut qu’il renfermait le plus grand trésor du monde !

Le deuxième arbre, des années plus tard, transporta un homme qui s’était endormi dans le bateau ; mais quand la tempête se leva et que la petite barque allait sombrer, l’homme se leva et dit : « Paix ! ». Et en un éclair, le second arbre sut qu’il transportait le Roi du ciel et de la terre.

Quelques temps plus tard, un vendredi matin, le troisième arbre fut surpris quand ses poutres furent assemblées en forme de croix et qu’un homme fut cloué sur elles. Il se sentit horrible et cruel. Mais le dimanche déjà, le monde entier vibrait de joie et le troisième arbre sut que, dessus, un homme avait été cloué pour le Salut de l’humanité et qu’en la regardant les gens se souviendraient toujours de Dieu et de son Fils Jésus-Christ.

Les arbres avaient eu des rêves… Mais leurs réalisations étaient mille fois plus grandes et plus sages que ce qu’ils avaient imaginé.

Nous avons nos rêves et de nos plans qui, parfois, ne coïncident pas avec les plans de Dieu pour nous ; et, presque toujours, nous sommes surpris par sa générosité et sa miséricorde. Il est important pour nous de comprendre que tout vient de Dieu, de croire et d’avoir la foi, car Il sait très bien ce qui est le mieux pour chacun de nous !

Auteur anonyme

Lien: Orthodoxie à la Réunion – Communauté Orthodoxe à l’île de la Réunion, Afrique

family-reunion-593675de8e7a61ed2a65be60-1

http://www.orthodoxie-reunion.com

Orthodoxie à la Réunion

Communauté orthodoxe à l’île de la Réunion, Afrique

Vivre la Divine Liturgie – Protopresbytre Stéphane Anagnostopoulos

http://patir-e-raim0.webnode.gr/news/protopresbytre-stephane-anagnostopoulos-vivre-la-divine-liturgie-la-divine-liturgie-orthodoxe-interpretee-et-commentee-selon-la-tradition-et-les-experiences-de-nombreux-pretres-moines-et-laics-orthodoxes1/

Vivre la Divine Liturgie

Protopresbytre Stéphane Anagnostopoulos

╰⊰¸¸.•¨*

La divine liturgie orthodoxe interprétée etcommentée selon la Tradition et

les expériences denombreux prêtres, moines et laïcs orthodoxes

 

Saint Aaron d’Aleth, France, du pays de Galles (+552) – 21 et 22 june

http://walkingbytheseaorthodoxy.wordpress.com

WALKING BY THE SEA – ORTHODOXY

Saint Aaron d’Aleth, France, 

du pays de Galles (+552)

21 et 22 june

Saint Aaron d’Aleth est né probablement au pays de Galles. Il devint ermite dans une petite île en face de la cité d’Aleth (devenu le quartier de Saint-Servan). L’île de saint Aaron est aujourd’hui raccordée au continent : c’est la cité de Saint-Malo.

Saint Aaron fut le fondateur du monastère d’Aleth. Il est aidé dans sa tâche par un autre moine gallois qui venait de le rejoindre : Maclow ou saint Malo, qui le choisira comme père spirituel.

Il est mort vers 552.

Fête le 21 juin à Saint-Malo et le 22 juin ailleurs.

Source:

Wikipedia